Le raid paris - La Baule, reportage illustr

Les Raids Hippiques

La Confdration hippique franaise a organis, comme l'an dernier, un raid militaire de Paris La Baule.

Cette preuve tait ouverte aux officiers de l'arme active de toutes nationalits, montant des chevaux militaires ou civils, et aux officiers de complment, montant des chevaux civils.

Les chevaux devaient tre gs de sept ans au moins, et de quinze ans au plus, exception faite pour les chevaux de pur sang, admis partir de six ans.

La distance parcourir tait de 571 kilomtres environ, partage en sept tapes :

  • 1 Paris Rambouillet : 56 kilomtres, la vitesse de 8 kilomtres l'heure
  • 2 Rambouillet Chteaudun: 78 kilomtres. Vitesse: 9 kilomtres
  • 3 Chteaudun Blois: 79 kilomtres. Vitesse: 9 kilomtres
  • 4 Blois Chinon: 10 kilomtres. Vitesse: 9 kilomtres
  • 5 Chinon Angers: 85 kilomtres. Vitesse : 9 kilomtres
  • 6 Angers Nantes: 86 kilomtres. Vitesse : 10 kilomtres
  • 7 Nantes-La Baule: ,74 kilomtres. Vitesse : 10 kilomtres

Le classement a t tabli par addition des temps des parcours allure libre et diminution des pnalisations pour retard ou mauvais tat des chevaux.


De gauche droite : commandant Bourcier,
gnral de Montmarin, marquis de Nieuil.


Larrive La Baule


Le sous-lieutenant de Castries,
gagnant du RAID PARIS - LA BAULE.

Entre Saumur et Angers, comme entre Escoublac et La Baule, un parcours de 10 kilomtres et de 9 kilomtres tait franchi allure libre.

Sur les 45 officiers engags, 22 seulement ont pris le dpart, et 17 sont arrivs La Baule.

Un concurrent avait t arrt en raison d'un deuil de famille. Les autres ont abandonn pour des motifs divers.

Aprs l'examen des chevaux, le Lendemain de l'arrive, le classement a t arrt comme suit:

  • 1er Sous-lieutenant de Castries.
  • 2e Lieutenant Parent.
  • 3e Capitaine de Chezelles.
  • 4e Lieutenant Delpeyrou.
  • 5e Capitaine Tr-Hardy.
  • 6e Sous-lieutenant de Masin.
  • 7e Lieutenant Simon.
  • 8e Capitaine Roper.
  • 9e Capitaine Barat.
  • 10e Lieutenant Bor.
  • 11e Lieutenant de Saint Quentin.
  • 12e Sous-lieutenant Mellerio.
  • 13e Capitaine Voyron.
  • 14e Sous-lieutenant Le Gouais.
  • 15e Lieutenant Bayonne.
  • 16e Capitaine Branca.
  • 17e Lieutenant Poulain.

Les prix ont t remis aux concurrents par M. Henry Pat.

Ce raid a bien russi, grce l'nergie des hommes et des chevaux, et aussi l'observation d'une stricte discipline de route impose par l'autorit militaire, malgr une arrive dans un terrain par trop sablonneux et trop profond, le spectacle de l'arrive en a souffert. Mais on peut regretter que l'article 13 du rglement de l'preuve autorise les concurrents descendre de cheval, marcher ou courir en tenant eux-mmes leurs chevaux par la bride . Comme, les concurrents ont largement us de cette latitude, ce n'est plus un raid hippique, mais plutt une preuve d'endurance hippo-pdestre, qui, au point de vue cheval , ne nous apprend rien.

N'oublions pas, en effet, que, dans tous les sports, on s'attaque aux records et que l'on cherche toujours faire mieux.

Pourquoi, seul, le sport hippique marque-t-il le pas? L'Etat craint-il de perdre un ou deux chevaux, soit une dizaine de mille francs? Ce n'est pas possible. Il interdirait alors aux aviateurs de voler, sous prtexte qu'un avion bris est une perte de 200.000 francs et plus, On ne fait pas d'omelettes sans casser des ufs. En quitation, c'est la mme chose: on admet qu'un cheval se tue en concours hippique, en courses, la chasse; mais, on redoute la casse en raids! On msestime vraiment nos officiers si on ne leur accorde pas la conscience d'arrter un cheval fatigu, Donc, continuons ces preuves indispensables pour entretenir l'mulation de nos officiers et leur donner ces leons d'nergie et de persvrance dans la lutte qui trempent l'me.

Mais, ayons un peu plus d'imagination et de varit dans la conception et efforons-nous, quand nous produisons un effort de ce genre, d'atteindre un but, de dmontrer une possibilit, de dcouvrir une nouveaut. Notre cavalerie a besoin de stimulants : qu'on ne les lui mnage pas. Pensons la leon d'Amsterdam !

Commandant G. H. MARCHAL


Le lieutenant Delpeyrou au pesage

Source : Le Sport Universel Illustr, 10/1928






Cet article provient de COREMA

L'URL pour cet article est : http://www.nationales-bretonnes.org/sections.php?op=viewarticle&artid=111