1977 - NANTES - ANCENIS : Un rcit en guise de mise en garde

Une discipline questre trop rcente pour tre prise en charge par des amateurs...

C'est sous les murailles du chteau de la Reine Anne, Nantes, qu'a t donn le coup d'envoi de la 1re course d'endurance sur 100 km, le 12 juin dernier...

Il y avait de quoi s'inquiter en apprenant que le dpart de cette 1re course d'endurance aurait lieu en pleine ville de Nantes, ainsi que l'arrive. Pourquoi avoir pris une telle initiative pour les chevaux et les cavaliers, avec les risques de bousculades, de drapages et du chutes plus ou moins graves? Par bonheur, il ne s'est rien pass. Certes, le chteau de Nantes est magnifique, mais plus pour une remise solennelle des prix que pour le dpart d'une course.

Premires erreurs...

Au premier contrle du Cellier, 25 km du dpart, on a pu mesurer en quelques instants le manque de maturit de cette discipline questre en vogue depuis peu: la course d'endurance. Elle est loin de reprsenter encore un classique du genre, soigneusement codifi, exempt de toute critique et capable .de servir d'exemple.

A l'arrive ce premier contrle on a vu un peloton de dix chevaux lancs au grand galop.

De la bouche mme de l'un des concurrents, c'est ce rythme qui a t de rgle sur toute la distance. Les plus chevronns disaient: C'est fou. Nous ne tiendrons pas jusqu'au bout.

Que s'est-il donc pass? Simplement que toute cette premire tape tait sur terrain plat, et que l'mulation l'a transforme en une folle course o toutes les erreurs possibles ont t accumules.

Tout d'abord, les cavaliers habitus et entrans, qu'on pouvait d'ailleurs compter peine sur les doigts d'une main, ont imprim la course un rythme dmentiel. Difficile de les approuver: donner la preuve qu'ils pouvaient tre des cracks tait vraisemblablement une des meilleures raisons cette vitesse excessive.

La grande majorit des autres cavaliers ont pris le dpart sans .avoir une ide bien prcise de ce qu'est une course d'endurance, de ce que cette preuve exige du cheval et du cavalier.

Ils n'avaient vraisemblablement suivi aucun entranement leur permettant de dterminer l'avance l'allure optimum pour leur cheval, ils se sont laisss influencs fortement par l'ambiance de comptition du premier parcours, saisis par la crainte d'tre sems.

S'ils avaient connu la suite, comme ils auraient chang d'avis !

A ce premier contrle, au Cellier, l'nervement et l'exaltation des uns et des autres taient vidents. Un arrt obligatoire d'une demi-heure tait prvu. On a pourtant vu des cavaliers crier des ordres, comme si le dpart devait avoir lieu dans les cinq minutes. Autour des chevaux, il y avait bien trop de curieux pour que leur repos puisse tre favoris.

Mme la brutalit

De plus, l'esprit forcen de comptition avait amen quelques cavaliers se bousculer sur un chemin trop troit.

Une jeune fille, qui avait occasionn une des bousculades, a subi des reprsailles physiques (mais oui !) que son .auteur, aprs coup, jugeait tout "fait lgitimes.

La violence tait donc un lment decette course.

J'ai questionn la malheureuse fille, qui n'avait rien d'un butor qui cherche gagner en jouant des coudes: c'tait. simplement une gamine en larmes, incapable de se souvenir comment les choses s'taient passes...

Il faisait froid et il pleuvait. Elle avait, sur 25 km, sans gants et avec des rnes mouilles, tent de contenir son cheval, qui en voulait. Victime surtout de son inexprience, elle s'est' vue disqualifie (tant mieux pour son cheval) la suite d'une plainte qui aurait d suffire son adversaire, dont la nervosit ne saurait tre une excuse, surtout son ge.

La course continue...

A l'arrive Ancenis, aprs 25 autres km de course, le peloton s'tait dj dlest de plusieurs cavaliers. Certains concurrents ont cru bon d'arriver au galop de charge, et en quelques secondes, ils ont ruin les rserves d nergie de leur monture.

Un peu dpasss par les vnements au premier contrle, les vtrinaires avaient ici un peu plus de temps pour oprer. Il faut entendre par l que,1'arrive massive au cellier avait eu de surcrot cet inconvnient : le contrle avait t tir dans le temps et les mesures et les comparaisons en ont t fausses. Le dpart d'Ancenis s'est effectu avec quelques minutes d'chelonnement, et au pas, tout au moins pour les leaders. Mais les jeux taient dj faits, car la plupart des chevaux n'avaient plus assez de rserves pour esprer aller jusqu'au bout.


Une discipline questre trop rcente pour tre prise en charge par des amateurs...

1) Aprs 50 km de course, l'arrive au galop du peloton : qulques uns regretteront cette arive fracassante
2) Cristel Letartre, 1re ex-aequo de cette course d'endurance, l'autre premier: son mari Denis Letartre.
3) Dans les quatre premiers gagnant de l'preuve il y avait deux femmes: voici la quatrime.
4) Soumis au tord-nez, ce cheval a subi plusieurs ferrages pendant la course, l'empchant de prendre tout repos.


Malgr tout, l'esprit de comptition; encore fort exacerb, subsistait. Je n'en veux pour preuve que l'arrive au galop des concurrents de tte du 75me km de course, au 3me contrle.Une hcatombe

La victoire est finalement revenue Cristel Letartre et son mari (de Puy l'vque, prs de Cahors), ex-aequo

rayonnants qui ont pass la ligne d'arrive la main dans la main. Ils avaient couvert les 100 kilomtres, en 4h 50mn et 46 secondes. 'Mais ceci. ne dissimule pas les ravages survenus dans les rangs des concurrents : sur 29 chevaux au dpart, 14 sont arrivs. C'est un rsultat tout fait mdiocre, surtout pour une course sur terrain plat. On peut mme aller jusqu' se demander ce qu'il serait arriv si ce 12 juin avait t une chaude journe ensoleille. Sans doute aucun cheval ne serait parvenu l'arrive.

Maintenant, il est urgent que le Comit National des Courses questres d'endurance (qui est, je sais, attentif tout cela) prenne le problme trs srieusement en main en dictant un rglement 'draconien qui devra tre impos tout organisateur, sous peine de se voir refuser l'homologation de ses courses et de ses rsultats.

Il importe tout autant que les conseils soient diffuss, ainsi que les rgles d'or, les informations et les expriences, afin que seuls les cavaliers prpars envisagent de participer une course questre d'endurance .

Des mauvaises habitudes

Sur le plan des circuits, il faut que tous les organisateurs de courses sachent qu'actuellement un circuit commenant par des parcours accidents et mme en dnivel permettra l'chelonnement des chevaux ds les 1ers km, et la suprmatie des chevaux bien entrans de s'affirmer.

Un itinraire plat, comme celui de Nantes est de ceux que 1'011,; pourra se permettre dans quinze ans, lorsque la majorit des cavaliers saura que la seule chance de finir et la seule probabilit de gagner, e'est de courir au pas et au trot ( la rigueur un petit canter de temps autre) : ce sont les allures recommandes aux USA sur 50 miles (80 km), comme sur 100 miles (160 km).

Dans une course sur 100 miles, aucun des chevaux de Nantes n'aurait atteint -la ligne d'arrive!

Une mauvaise habitude est perdre aussi, le plus vite possible: les dparts en groupe. Il n'est pas de prime accorder la stupide comptition qui a juste pour effet de miner la sant des chevaux.

Il faut chelonner les dparts toutes les 2 ou 3 minutes, par exemple. Cela prendra du temps? Tans pis. Ce qui compte, n'est-ce pas d'abord de permettre au maximum de chevaux de terminer l'preuve dans une forme convenable?

D'autre part, il devrait y avoir dans toute course d'endurance de ce type des liaisons radio et un vtrinaire volant. Ils taient d'ailleurs prvus par le rglement mais n'ont pas t mis~en place.

Les contrles vtrinaires

A ceux qui ont donn pour seule consigne aux vtrinaires de la course le contrle du rythme cardiaque (outre les tares apparentes ou caches), je livre les quelques raisons que les vtrinaires Amricains spcialiss voient dans des contrles portant sur le pouls, la respiration et la temprature: une des possibilits de comparaisons plus tendues tous les stades de la ourse et d'tudes cliniques ensuite la dcouverte d'anomalies (telles que celles qu'ils appellent inversions, c'est dire lorsque le rythme respiratoire est plus lev que le rythme .cardiaque au repos), la possibilit de ~dtecter un dbut de grippe ou d'infection, en prenant la temprature, afin d'viter que le cheval ne s'puise.

Ils y voient aussi le moyen de faire connatre mieux son cheval au cavalier, pour qu'il se serve de ces lments en toute connaissance de cause l'entranement.

Ce dernier point est jug par les Amricains comme trs important, sinon on ne ferait en effet que se servir du cheval comme d'un support mobile dont l'entretien est l'affaire de spcialistes du genre garagiste... .

Pour renforcer la porte et l'efficacit des contrles, pour obliger les cavaliers en tenir compte, il faut qu'il y ait dans les courses un ou deux contrles volants non signals l'avance, avec arrt obligatoire jusqu' ce que le cheval ait retrouv les rythmes respiratoires et cardiaques de 40/70 : donc, pnalisation de temps pour celui qui a trop pouss son cheval.

Les problmes poss par les courses d'endurance sont multiples, aussi cet article n'est-il qu'un avant-got de tout ce qu'il est possible d'en dire.

Vouloir ignorer toutes les difficults qui existent, ne serait-ce pas tout simplement l'quivalent de l'engagement d'un coureur pied dans un Marathon sans prparation? En aurait-on1.eulement l'ide ?

Il est logique de dresser au plus vite la liste des mesures prcises qui rendront ces preuves capables terme. d'amliorer la connaissance du cheval, la qualit des cavaliers, la rsistance et la qualit des montures. C'est le seul moyen d'assurer ce sport naissant un vritable avenir.

Charles Danne






Cet article provient de COREMA

L'URL pour cet article est : http://www.nationales-bretonnes.org/sections.php?op=viewarticle&artid=122