1978 - PROTECTION DU CHEVAL : LES LIMITES DE L'ENDURANCE

L'quitation, de nos jours, se diversifie dans ses modes d'expression. Cela est certain. Mais, pour se renouveler, elle ne fait souvent que retourner involontairement ses sources, retrouver d'anciennes pratiques.

Les raids d'endurance, par exemple, ne sont pas une nouveaut. On en tait dj friand au temps des cavaleries militaires. Il est vrai qu' cette poque, l'optique n'tait pas la mme. La motivation sportive cdait le pas la proccupation guerrire: il s'agissait d'aguerrir les chevaux et de tester leur rsistance. Et dj, cela n'allait pas sans abus.

Un certain raid Bruxelles-Ostende, en 1902, au cours duquel 20 chevaux prirent, est rest, cet gard, tristement clbre (voir l'I.H. n 239, octobre 1977). C'est un officier franais, le lieutenant Madamet, du 13e Dragons, qui avait remport l'preuve, en couvrant 135 kilomtres en 6 heures 54.

Mais - preuve que l'on peut pratiquer ce genre de comptition sans cesser de respecter son cheval- le lieutenant Madamet avait galement remport le prix destin rcompenser le cheval ayant le moins souffert du raid. Comme quoi l'entranement, patient et rationnel, peut faciliter bien des choses.

Que, l comme ailleurs, les excs soient imputables la folie humaine, la gloriole, au dsir de paratre, bref tout l'aspect ngatif de la comptition, c'est certain. Mais il y a sans doute plus.

Dans un raid, la tentation est plus grande qu'ailleurs d'estrapasser son cheval. On peut s'y croire autoris par le but mme de l'preuve. Car il faut bien avouer que la notion d'endurance est ambigu. tre endurant, c'est savoir rsister la fatigue. Mais c'est aussi savoir souffrir.

Jusqu'o doit aller la souffrance infliger un cheval pour tester son endurance. ? Voil qui pose un grave problme d'thique cavalire.

Et puisqu'en matire d'preuves d'endurance, la tentation est plus grande qu'ailleurs, d'abuser des chevaux, la ncessit d'une rglementation prcise y est plus imprieuse encore. C'est cet effort de rglementation que vient de s'adonner le Comit National des Raids questres d'Endurance.

Quelle que soit, dans ce domaine, la reprsentativit relle de ce Comit - dans une discipline en plein avenir et qui se cherche encore il s'agit l d'un travail srieux, en profondeur. Ce travail a la proccupation de la protection du cheval, proccupation trs actuelle, laquelle l'I.H. est galement trs sensible. A ce titre, il mrite d'tre cit, et mme mis en exergue.

L'essentiel en subsiste dans la rglementation dfinitive - intervenir - des preuves d'endurance.

La rflexion du Comit National des Raids questres d'Endurance a port principalement sur deux points:

    1. La dfinition des contrles vtrinaires.
    2. La rglementation des preuves d'entranement.

Les critres de contrle peuvent se dfinir en critres de type A et critres de type B.

Les premiers sont observables par tout homme de cheval, vtrinaire ou non.

Ils sont au nombre de trois:

  • rythme cardiaque;
  • rythme respiratoire;
  • inversion des deux rythmes.

Les seconds - les critres de type B - sont du domaine rserv de l'art vtrinaire: anomalie des bruits cardiaques, tat de dshydratation, boiteries, etc.

Lorsque des critres de type A justifient une qualit, l'avis d'un seul vtrinaire est suffisant. Par contre, l'avis des deux vtrinaires est ncessaire lorsqu'ils interviennent des critres de type B.

Quelles sont, de faon plus prcise, les exigences auxquelles un cheval doit satisfaire lors d'un contrle, au cours d'une preuve?

 

Quels que soient le rythme cardiaque et le rythme respiratoire l'arrive au point de contrle, ils doivent tre descendus, l'issue de 20 minutes de rcupration, 80 battements-minute pour le premier, et 60 battements minute pour le second.

Si ces chiffres ne sont pas respects, il y a prolongation de l'arrt de 10 minutes. Ces dix minutes sont comptes comme temps de course, et non comme temps de repos.

Les chevaux en inversion l'arrive au point de contrle (le rythme respiratoire tant suprieur au rythme cardiaque) ne seront pnaliss que si cette inversion des deux rythmes persiste aprs la priode de rcupration de 20 minutes. Dans ce cas, ils seront automatiquement retirs de la course.

Pour les critres de type B, la seule pnalit prvue est la mise hors course.

Cette dcision est prise l'issue d'une concertation entre les deux vtrinaires contrleurs et la direction de la course. Le Comit National de Raids d'Endurance a aussi rglement les courses d'entranement. Il en a d'abord dfini le but : la rgularit.

Les courses d'entranement sont des preuves de rgularit, et non des courses proprement dites.

Il en a ensuite fix les grands traits: circuits de 50 80 kilomtres, entirement baliss, comportant au moins trois contrles vtrinaires :

  • avant le dpart ;
  • au cours d'un arrt de 20 minutes entre le km 20 et le km 25.
  • aprs l'arrive.

Le Comit National des Raids d'Endurance a ensuite fix l'enjeu de ces courses d'entranement.

Les concurrents devront, avant le dpart, choisir leur moyenne, entre 12 et 15 kilomtres l'heure. Seront retenus tous les concurrents arrivs plus ou moins cinq minutes de leur temps idal. Ils seront classs - par le jury et les vtrinaires - en fonction des critres suivants :

  • conditions physiques du cheval;
  • aptitude du cavalier la pratique des raids d'endurance.

Le fonctionnement des contrles a galement t dfini. Ils seront effectus par des vtrinaires placs sous la responsabilit d'un commissaire. La dcision des vtrinaires sera sans appel. Les vtrinaires vrifieront le rythme cardiaque, le rythme respiratoire, la temprature du cheval, l'tat des membres.

L'arrt mi-parcours sera de 30 minutes, avec un premier contrle en dbut d'arrt, l'autre 20 minutes plus tard. Un dernier contrle aura lieu aprs l'arrive, l'issue duquel, ventuellement, un cheval pourrait ne pas tre autoris rejoindre son club. Ajoutons pour mmoire que seuls des prix en nature (souvenirs, pices de harnachement), objets d'art, etc. pourront tre distribus l'issue de ces preuves d'entranement l'endurance. Cela n'a sans doute qu'un rapport indirect avec le thme de la protection du cheval. Rend-on les cavaliers plus sages en supprimant l'appt du gain? Ce n'est pas sr. Quand le cheval devient un capital, on a envie de l'conomiser.

Mais cela place ces courses d'entranement, de faon indiscutable, sous le seul signe du sport.

Ce qui est bien sympathique.

Signalons pour terminer que ce travail de rglementation s'accompagne de propositions concrtes pour l'entranement, qui s'tage sur quatre mois, et qui peut permettre de passer d'une promenade de 3 heures moins de 10 km/h partir du quatrime mois.

Rdaction I.H.

D'aprs documentation fournie par le Comit National des Raids Equestres d'Endurance
prsid par M. Pierre Passemard






Cet article provient de COREMA

L'URL pour cet article est : http://www.nationales-bretonnes.org/sections.php?op=viewarticle&artid=135