2000 - Le parcours de Guerlédan (130 & 160 km)

(1136 mots dans ce texte )  -   lu : 2567 Fois     Page Spéciale pour impression

De l'âge du FER... à la féee ELECTRICITE

La course de Guerlédan vous convie à un voyage dans le temps, voyage extraordinaire puisqu'en quelques kilomètres vous quitterez la civilisation du XXe siècle pour retourner au néolithique. Vous traverserez toutes les strates de l'histoire de l'industrie, de la préhistoire - âge de la pierre polie qui avait son "usine" à Plussulien - jusqu'à l'ère de l'électricité hydraulique produite par le barrage de Guerlédan.

AU PAYS DE L'ARGOAT ET DE L'EAU

Mais la constante sur tout le circuit ce seront la forêt et l'eau, partout présente et sous toutes ses formes, du ruisseau paisible au cours tumultueux du Daoulas qui a creusé une gorge étroite, des eaux plus languides du canal de Nantes à Brest, au lac le plus grand de Bretagne. Cette course nouvelle vous fera découvrir des paysages, parfois tumultueux et escarpés qui ont généré nombre de légendes. Au centre de la première boucle, le Lac de Guerlédan : c'est la "Goutte d'azur dans un écrin de verdure" Le plus grand lac de Bretagne s'étire sur 12 kilomètres, de Mûr de Bretagne, à l'est, au confluent du Daoulas, à l'ouest. Le parcours domine régulièrement ces 400 hectares qui ont noyé une partie de la vallée du Blavet. Le canal de Nantes à Brest, en amont et en aval du lac a été créé par Napoléon et creusé par les forçats. Les 51 millions de m3 d'eau douce servent aujourd'hui à la production d'électricité et aux activités nautiques et touristiques. Au sud, il est dominé par des crêtes et par la forêt de Quénécan.


Le lac de Guerlédan est un bon tremplin pour les activités nautiques

LA FORET DE QUENECAN

La deuxième boucle se déroule entièrement dans la forêt de Quénécan : 3000 hectares qui appartiennent en grande partie à la famille du Pontavice qui l'avait rachetée à la famille de Rohan. Sur un plateau très accidenté qui domine la vallée du Blavet poussent des futaies de hêtres et d'épicéas. Elles entourent l'étang du Fourneau et les Forges des Salles qui accueillent les contrôles vétérinaires. Il faut visiter ce village industriel qui a au moins deux cents ans et qui a été réhabilité en partie dans ses fonctions industrielles du XVIIIe.

Cette forêt a de tous temps été habitée. Menhirs et allées couvertes côtoient des témoignages beaucoup plus récents comme les ruines de l'ancien château des Salles et de nombreuses chapelles, croix et fontaines.

La légende dit que Merlin l'enchanteur, les fées Morgane et Viviane ont hanté ces lieux. Le roi Arthur et ses Chevaliers de la Table ronde y ont guerroyé et festoyé. Mais c'est aussi dans cette forêt que vivaient en liberté, au XIIe siècle, des juments et les premiers étalons arabes ramenés des croisades. Ils donneront naissance à la fameuse race d'hippodrome de Corlay.

D'UN PAYS DE MEGALITHES...

Plus au sud, le bourg de Silfiac, le plus haut du Morbihan, 270m d'altitude. Secteur habité depuis le néolithique il abrite de nombreux vestiges mégalithes comme l'allée couverte de Bot er Mohed qui mesurait 27 m de long (3000-2500 av JC) et plusieurs menhirs dont celui du Breuil dans la forêt (4,55m) et la fameuse "Quenouille du diable", de 7 mêtres de haut.

... A UN AUTRE

La dernière boucle vous ramène au nord vers un autre pays de mégalithes. Passage près des allées couvertes de Liscuis qui dominent la vallée du torrentueux Daoulas. Vue panoramique sur l'abbaye de Bon repos, le canal de Nantes à Brest et la forêt de Quénécan.


Les méalithes : allé couverte de Liscuis

Du sommet de ces landes tapissés de couleurs botanniques dont les camaieux changent selon les saisons, lichens et mousses, ajoncs et genêt au printemps, bruyèes en été on découvre trois autres allées couvertes et d'an- ciennes exploitations ardoisières. On est tout près de Laniscat - but final de la course - dont l'élise du XVIIème est


Spectacle son et lumère à l'Abbaye de Bon Repos

connue pour sa roue à carillons, une pièce rare en Bretagne (réplique des roues solaires) qui supporte 24 clochettes - et ses anciennes maisons de carriers construites en palisses.

L'ABBAYE DE BON REPOS

L'histoire de cette abbaye, adoss�e � la forêt de Quénécan, commence bien. .. Cette abbaye cistercienne fut érigée en cet endroit en 1184 sur ordre d'un de Rohan. Au retour d'une chasse très fatigante, il se serait endormi sous un arbre et se réveillant ragaillardi, se serait écrié "quel bon repos". Reconnaissant, il décida de faire édifier en ce lieu l'abbaye de "Bona Requies". Mais les moines lui donnent mauvaise réputation en s'enrichissant et en oubliant leur vocation première. Ils terrorisent les campagnes alentours. Depuis un siècle ce n'était plus qu'une ruine recouverte de lierre et de ronces. Les "Compagnons de l'abbaye de Bon Repos" en ont commencé la restauration en 1986. Et depuis deux ans une partie des bâtiments a même retrouvé sa toiture en ardoises mordorées du pays. Aujourd'hui s'y déroule chaque dimanche matin un marché du terroir.

LES FORGES DES SALLES

C'est de l'autre côté du canal, et après avoir franchi le vieux pont, que les chevaux s'arrêtent, aux Forges des Salles, lieu de contrôle vétérinaire.

Le hameau des Forges est niché au fond d'un vallon boisé ce qui ne laisse pas présager de l'intense activité qui régnait il y a deux cents ans sur l'un des plus anciens sites métallurgiques de Bretagne. Le village sidérurgique qui faisait vivre toute la région a connu son âge d'or aux XVIIIe et XIXe siècles. Trente bâtiments ont été restaurés dont certains à'ancienne comme le Manoir du maître des forges, la rangé des forgerons, et, autour du haut fourneau, les ateliers de transformation du fer, halles de stockage... Coup d'oeiaux jardins en terrasses qui surplombent le site du contrôe

PAYS DES CHAPELLES

Tout au long des kilomères de la course, vous passerez prèsde multiples chapelles, croix et fontaines. Dans cette réion de Guerléan l'architecture religieuse est toujours très liée aux légendes et mythes comme ceux du Roi Arthur et des Chevaliers de la table Ronde. Une légende style Barbe Bleue est même née au pays du "Grand Marais" mais sa femme s'appelait Tréphine.


L'abbaye de Bon Repos

Article paru dans la gazette des nationales N°04 en 2000




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Annonces

 Animaux : ( 1 )
 Emplois-stages : ( )
 Matériel : ( )
 Véhicules : ( )
 Hébergements : ( )

Consulter  

Photo superu
Corlay 1er juin
Ephémérides
En ce jour...
2019
Il n'y a pas d'hommes cultivs, il n'y a que des hommes qui se cultivent.
(Marchal Foch)
Nos partenaires

Le portail de la Région BRETAGNE

Temps : 0.1301 seconde(s)