1979 - Le raid de Romans

(1638 mots dans ce texte )  -   lu : 2443 Fois     Page Spéciale pour impression

Une bonne position de Corinne Paré
Une bonne position (typique en Endurance) de Corinne Paré. 

 

Le raid de Romans

«LA SAGESSE»

 

La 3ème édition de ce raid de 94 km s'est surtout caractérisée par la sagesse dont ont fait preu­ve tous les concurrents. Pas de «fous» partant très vite pour im­pressionner les autres cavaliers ni de rivalités de concurrents au sein du peloton. Le calme qui a régné sur cette course, explique le nombre important de concur­rents classés et surtout l'excel­lente moyenne des premiers.

Il est assez rare en effet de ren­contrer dans un raid d'enduran­ce un concurrent classé 10ème à plus de 19 km/h de moyenne (c'est même la première fois que cela arrive).

Cela est dû en partie à Denis Letartre qui a su imprimer dès le départ un rythme convenable, calmant les esprits échauffés et ralliant le 1er contrôle à Montmiral au km 24 d'abord à pied (suivi en cela par tout le peloton) et surtout à la moyenne de 18 km/h.

Le ton étant ainsi donné tout allait se dérouler sans à coups et les chevaux n'eurent pas à souf­frir de ces accélérations provo­quées par des cavaliers excités qui usent la résistance de l'animal.

Km 24 : 1er contrôle vétérinaire

A Montmiral, un contrôle vétérinaire de 3/4 heures était prévu. Les cinq vétérinaires responsables de veiller à la santé des chevaux, les docteurs Mi­rande de Rodez, André de Lunel, Deguelle de Grenoble, Laffray de Tournon et Menevaux de St Jean en Royan n'eurent pas à sévir à ce pre­mier arrêt.

Par la suite, le rythme de la course al­lait s'accélérer puisque de Montmiral à Ratières, deuxième contrôle vétérinaire au km 67, les 43 km allaient se courir à23 km/h.

Le peloton repartit sagement mais à la suite d'une légère erreur de parcours au km 35, 4 cavaliers en profitaient pour s'échapper sous la conduite de Brigitte Chavel. Suivaient un groupe de 11 cavaliers et, ensuite, les autres concurrents étirés.

Tous les cavaliers. furent très éprouvés par le terrain gras et boueux qui gê­nait les chevaux. Sous la fange se trou­vaient de gros galets et de nombreux chevaux se tordirent les pieds, éprou­vant un surcroît de fatigue. Le maré­chal-ferrant fut à l'ouvrage et cela faussa un peu la course.

Un des favoris, Denis Letartre, dut abandonner à Ratières, son cheval Dragon s'étant fait une petite déchiru­re musculaire, contractée dans une fondrière.

Les échappés sont allés trop vite et seule Brigitte Chave1 arriva en tête à Ratières mais avec un cheval fati­gué, la suite le prouvera.

 

Par contre, le groupe qui suivait, composé entre autres de Denis Le­tartre, Christiane Chazel et Corinne Paré s'entendait bien; ils se rela­yaient et, gardant leur cadence, ils rattrapèrent les premiers peu avant le contrôle.

Suivait à 1/4 heure un autre groupe qui allait se distinguer à l'arrivée puisqu'il s'agissait de Joseph Léonet­ti, Corinne Cretin, Chrystel Letartre, Jean-Marie Laudat, Pierre Passemard, Roland Coeur, Gabriel Barbatti et Marie-Pierre Sirand.

Bravo les dames !

A Ratières, à nouveau 3/4 heure d'arrêt pour contrôle vétérinaire. A part les quatre chevaux qui allèrent trop vite et qui donnaient des signes de fatigue, tous les autres étaient en for­me.

La victoire allait se jouer en fait entre dames: Brigitte Chavel, toujours en tête mais dont le cheval allait avoir du mal à finir, Corinne Paré et Christiane Chazel.

Très vite Flambard, déjà vainqueur à Florac et 2ème à Montcuq, allait se retrouver seul en tête et terminer «en roue libre» avec plus d'un quart d'heure d'avance.

Christiane Chazel finissait bien avec Buffalo, rejointe sur la ligne par M. Léonetti avec Icard. Mme Chazel n'est pas une nouvelle venue en Endurance, c'est sa 4ème course, elle s'améliore au fil des épreuves et cette 2ème place la récompense justement de sa persévérance.

Les autres concurrents, jusqu'au l0ème, arrivaient dans un mouchoir, s'adjugeant des places au sprint, avec des chevaux particulièrement frais.

Le prix de la meilleure condition allait au 4ème, Tamara, bien préparé par M. Cretin.

M. Roland Coeur, 8ème, s'octroyait la 2ème place de ce prix tant convoité; il en avait été le lauréat l'an dernier.

Il faut noter la très bonne organisation de cette course préparée par Philippe Jacquelin. Une ambiance détendue et franche a régné tout au long de cet­te journée (pas d'animosité ni de riva­lités), chose à laquelle nous n'étions plus habitués. Ce succès est celui de tous les concurrents qui sont d'abord venus pour leur plaisir.

Certains cavaliers s'étaient déplacés «pour voir», persuadés de ne pas finir et furent surpris non seulement de terminer mais aussi de leur classement. Cela tient au fait qu'ils ont mené une course régulière et sage.

La distribution des prix avait lieu au Centre Equestre de la Juge, organisa­teur de l'épreuve. Le jury était com­posé de MM. Sirand, Directeur de l'épreuve, Lapassat, adjoint au Maire de Romans, Benoit d'Entrevaux de la ligue Rhône-Alpes, Stricker président des Raids d'Endurance en Allemagne et Mirande, Vétérinaire du Comité National des Raids d'Endurance.

Philippe Morel

1. Bonne entente: le cheval suit sans tirer son cavalier à pied. 2. Corinne Paré, 16 ans, gagnante du raid de Romans. L'entraînement a payé.
3. Brigitte Chavel, partie trop vite, aura du mal à terminer. 4. Les côtes doivent se monter doucement.

 FICHE TECHNIQUE

Distance : 93 km n'est pas suffisant, cette course aurait gagné en suspens et en intérêt si elle avait comporté effectivement 100 km.

Si Flambard était inaccessible, Ta­mara, Ephémère et Crocus pou­vaient gagner deux places vue la façon dont ils sont arrivés. Le galop final en côte témoignait de leur fraîcheur alors que Buffalo et Icard . semblaient plus éprouvés.

Terrain : Suffisamment varié et tou­jours en faux plat avec des raidil­lons très durs qu'il fallait absolument faire à pied. Le terrain était malheureusement trop gras et les chevaux en ont souffert. La recherche de ce genre de piste n'apporte rien de plus au spectacle, au con­traire.

Un bon point cependant pour la recherche de la déclivité.

Balisage : Parfait, même si quel­ques-uns se sont trompés. Cette erreur est plus due au fait qu'il fallait regarder par terre pour éviter les nombreux trous ... et quand le chef de file se trompe, en général le peloton suit.

L'utilisation de collants en plas­tique orange a le gros avantage d'être vite posé et de bien se voir, contrairement à la peinture qui peut se confondre avec le paysage.

Moyenne : Le temps du vainqueur est inférieur à celui de l'an dernier (4 h 10'). Cela est dû en partie au terrain et en partie au fait que le circuit a été sensiblement rallongé (plus 2 km).

Remarquable : le groupé des pre­miers qui prouve une nette amélioration de la préparation de l'ensemble des chevaux.

Conduite de la course : Un départ plutôt lent, une mi-course rapide, (du km 24 au km 67) et une arrivée aussi rapide. Dans l'ensemble bien mené.

De nombreux concurrents ont fait preuve de sagesse, tel ce professeur de gymnastique de Lyon qui fit les 15 derniers km en petites foulées parce que son cheval avait déferré. Il était alors en 4ème position et pouvait prétendre à la victoire ... il a néanmoins terminé (chapeau !).

 

Participation : Nombreuse (30) et variée.

Des concurrents venus de partout (Paris, Aveyron, Lot, Corrèze, Gard Haute-Garonne, Hautes Alpes, Bouches du Rhône, Ain, Isère, Rhône et Drôme).

Une concurrente étrangère, Mlle Stricker, fille du Président allemand, n'a pas pu terminer.

Beaucoup de nouveaux venus à l'endurance qui ont su profiter de l'expérience acquise par les autres et qui concourent dans un esprit des plus sportifs.

Belle équipe que celle de Franche­ville dans le Rhône composée du moniteur du club venu avec ses deux clients et qui terminent tous trois bien classés.

Organisation : Bien rôdée. Philippe Jacquelin organisait cette épreuve dans son centre de la Juge à Romans pour la 3ème fois. Son équipe de bénévoles est sans faille.

Peut-être pourrait-il songer à se désenclaver un peu et faire participer la population locale comme à Florac et Montcuq.

Mon avis : Une des courses les plus dures.

La courte distance oblige d'aller vite si l'on veut se placer et le ter­rain ne le permet pas souvent.

La vitesse plus que la distance fatigue le cheval et un terrain dur comme Florac et Montcuq use moins les jambes que la boue et les trous.

Denis Letartre

Sources : archives de D. Letartre

1er prix par Equipe:

Meilleure condition :

Classements Poneys:

Equipe : D.Letartre

1er prix - Tamara

1er prix - Takirou (OI)
6 ans. M. Traversier - Romans

- Corinne Paré
- Jean-Marie Laudat
- Pierre Dubois

2ème prix - Avec Toi

2ème prix - Sans Nom (OI)
8ans. M. Dumoulins - Isère.




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Annonces

 Animaux : ( )
 Emplois-stages : ( )
 Matériel : ( 1 )
 Véhicules : ( )
 Hébergements : ( )

Consulter  

Photo superu
Montluçon 23 juillet
Ephémérides
En ce jour...
2020
Noël au scanner, Pâques au cimetière .
(Pierre Desproges)
Nos partenaires

Le portail de la Région BRETAGNE

Temps : 0.1056 seconde(s)