1978 - JP Falque organise le raid de Mane

(1364 mots dans ce texte )  -   lu : 3302 Fois     Page Spéciale pour impression

C'est sur l'initiative de Monsieur Jean-Paul Falque que fut organisé le premier Raid d'Endurance à cheval à Mane dans les Alpes de Haute Provence. Les Haras Nationaux d'Uzès avaient apporté leur concours à cette première manifestation de la saison.

Deux épreuves étaient disputées en même temps :

La première de 54 km dans laquelle s'affrontaient trente deux partants, était une épreuve officielle d'entraînement. Elle avait pour but de mettre en confiance de nombreux cavaliers qui couraient pour la première fois, et de parfaire l'entraînement des chevaux qui n'étaient pas prêts à se lancer sur 108 km.

La seconde épreuve de 108 km s'adressait à des cavaliers et à des chevaux plus chevronnés. La plupart ayant déjà couru à Florac et à Montcuq.

Malgré quelques petites imperfections d'organisation, les deux épreuves se sont courues en même temps dans un esprit sain, sportif et amical.

Un entraînement sur 54 km.

Les cavaliers étaient de tous âges et de tous niveaux, les chevaux de toutes origines. Rares étaient ceux qui avaient déjà pris part à une telle compétition.

Quelques habitants du pays participaient avec leurs chevaux, tout droit sortis du pré !

Tous les concurrents étaient par équipe de deux. Le départ était donné toutes les cinq minutes pour une première étape contrôlée de 16 km à vitesse imposée. Le reste du parcours, soit 38 km se faisant à une vitesse libre. Trois contrôles vétérinaires au total sur une boucle de 54 km permettaient en tout et pour tout l'arrêt de deux concurrents seulement. Sur trente et un partants, vingt cinq devaient franchir la ligne d'arrivée, tous en parfaite condition.

Cette épreuve a suscité parmi les concurrents un intérêt certain ; beaucoup promirent de s'entraîner pour affronter des compétitions supérieures (100 km et plus).

Le vainqueur de l'épreuve est une cavalière espagnole, Mme Jutta Ibanez sur Mandarino qui couvrit l'étape libre de 38 km en 1 h 25 mn 9 s. soit une moyenne de 26,8 km/h.


Bénédiction des chevaux et des cavaliers avant le départ : au premier plan, on reconnaît de g. à d. Denis Letartre, sa femme Christel et Didier Canat.

L'épreuve de 108 km : pour les «habitués» :

Le départ est donné en groupe. Le ciel nuageux promet quelques ondées, le vent est froid et violent. Il est 9 h précises. Le premier contrôle vétérinaire est à 16 km et William Giacomino sur Grillon le rejoint en 37 mn avec seulement 1 mn d'avance sur Barol que monte Denis Letartre, soit une moyenne de 26 km/h. L'allure est trop vive pour tenir 108 km au même rythme. Le terrain vallonné ne présente pas de grands dénivelés, mais comporte de nombreux tronçons «galopants».

Le second contrôle vétérinaire se trouve à 38 km du point de départ, à la fin de la première boucle du circuit. Les concurrents de tête ralentissent considérablement. W. Giacomino couvre les 54 km en 2 h 48 mn (21 km/h), à 8 mn devant D. Letartre.

 

30 mn d'arrêt repos permettent aux chevaux et aux cavaliers de récupérer un peu. Nous sommes à mi-parcours du raid. La foule des suiveurs, spectateurs et soigneurs, se presse autour des concurrents. L'ambiance est passionnée. D. Letartre, grand favori de ce raid, vient s'enquérir de la santé de Grillon, son principal adversaire. Jean-Paul Falque, promoteur de ce raid qui monte Quiko, magnifique Pur-sang Arabe espagnol de 6 ans «managé» par Maurice Pradelle son entraîneur personnel, inquiète également le favori, il restera longtemps en 3ème position.

C'est entre le 2ème et le 3ème contrôle que va se jouer le classement définitif. En effet, après les 5 ou 6 km qui suivent le 2ème contrôle vétérinaire, Grillon donne des signes de fatigue conséquents qui contraignent W. Giacomino à l'abandon.. D. Letartre va prendre la tête et la garder jusqu'à l'arrivée. C'est André Aldebert montant Dragon qui va prendre la seconde place et la garder également ; J.P. Falque se retrouve quant à lui en 3ème position au départ du 3ème contrôle. A 20 km de l'arrivée son cheval et lui-même sont terrassés par la fatigue et une perte de moral, ils ne finiront pas.

L'allure vive du départ et le manque de technique et de sagesse de tous ces cavaliers seront la cause principale de ces abandons successifs.

C'est alors que nous voyons Pascal Pique et Lise Chambost prendre sagement la 3ème et la 4ème position.

Mme Chambost, épouse du docteur vétérinaire Jean-Luc Chambost ; et qui monte Caline, pratique la course d'endurance avec beaucoup de technique et de doigté. Elle a déjà participé à plusieurs courses dont celle de Romans et celle de Florac dans laquelle elle terminait également 4ème. C'est elle qui réglera l'allure de son jeune équipier, P. Pique, âgé de 15 ans, qui monte Bimbo, propriété du célèbre (ceux qui le connaissent ne me démentiront pas) boulanger de Romans, M. Chambon. Les autres concurrents sont à ce 3ème contrôle déjà fort distancés.

A l'arrivée au Badasses, au bout de ces 108 km, D. Letartre a 20 mn d'avance sur Dragon. Il prouve une fois de plus sa supériorité sur les autres concurrents.

Le 6ème et dernier concurrent classé, Pierre Van de Velde, cavalier de concours complet, bien connu dans la région, arrive 3 h 18 mn après le premier. Ainsi, sur 17 concurrents engagés, 6 seulement finissent.

Une fois de plus, le manque d'homogénéité de niveau et d'entraînement des engagés est à souligner et à regretter. Cette course a été programmée trop tôt dans la saison et beaucoup de chevaux étaient insuffisamment entraînés. Par contre, la date du raid d'entraînement (54 km) se justifiait.

La majorité des cavaliers n'a pas encore acquis en France la technique, l'esprit de la discipline d'endurance qui est une véritable école de maîtrise.

F. Arnaud

 


Départ au petit matin

 


Jean-Paul Falque : un mécène.

Cette course de Mane a été en grande partie financée et dotée par Jean-Paul Falque.

J. P. Falque, ancien cavalier de concours hippique, exténué par la fréquence des épreuves, et gêné par l'esprit qui y règne, entend parler des courses d'endurance. En avril 77 il se rend à Romans avec trois de ses chevaux andalous afin de participer à une épreuve de 100 km. Il ne finit pas le parcours mais est vivement intéressé par cette nouvelle discipline. Il fait la connaissance de plusieurs concurrents et observe leurs techniques. Il achète plusieurs chevaux Pur sang Arabe et Anglo-arabe qu'il met à l'entraînement.

On le retrouve dans toutes les compétitions nationales: Nantes, Rodez, Florac, Montcuq où il se classe plusieurs fois.

Il court en épreuves internationales en Espagne où ses chevaux, sous la monte de Maurice Pradelle, remportent 2 victoires écrasantes.

J. P. Falque fait de gros efforts pour mener à bien cette nouvelle passion. Il fait construire une magnifique maison avec de nombreux boxes, crée à Mane, dans les Alpes de Haute Provence, un centre d'entraînement, sur une propriété de 650 hectares.

Maurice Pradelle deviendra son homme de confiance. C'est lui qui aura la charge de sélectionner les chevaux, de les entraîner, de les engager dans telle ou telle épreuve. Le terrain, le climat très favorable à ce sport incite J P. Falque à ouvrir un centre de tourisme équestre avec Jean-Claude Vidille pour responsable.

Une initiative privée très propice au développement des courses d'endurance en France, c'est le. moins que l'on puisse dire.


Jean-Paul Falque sur son cheval hongre de huit ans Douglas

Sources : archives de D. Letartre




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Annonces

 Animaux : ( )
 Emplois-stages : ( )
 Matériel : ( 1 )
 Véhicules : ( )
 Hébergements : ( )

Consulter  

Photo superu
Plouzévédé 14 mai
Ephémérides
En ce jour...
2020
Noël au scanner, Pâques au cimetière .
(Pierre Desproges)
Nos partenaires

Le portail de la Région BRETAGNE

Temps : 0.1172 seconde(s)