1993 - J.-F.Legros et WACIL empochent le titre

(890 mots dans ce texte )  -   lu : 2955 Fois     Page Spéciale pour impression

Jean-François Legros sur Wacil, devient samedi, champion de France. C'est sa troisième victoire an Nationale cette année. (Photo Patrick Le Floc'h)

Réussite sur toute la ligne pour le premier championnat de France d'endurance à se jouer sur un seul raid - celui des Monts d'Arrée - et sur 160 km.  "48 engagés, 42 concurrents au départ et 22 à l'arrivée, c'est pour Pierre Cazes, l'entraîneur national, la confirmation que le raid des Monts d'Arrée est un bon circuit, juste assez sélectif pour faire le tri entre les meilleurs cavaliers nationaux. Un circuit qui a permis de sélectionner, comme on doit l'attendre d'un championnat de France, les meilleurs pilotes".

Ils sont finalement 42 à s'élancer dans la nuit de Locmaria-Berrien à la conquête du titre de champion de France. Sur la première étape qui mène à Plounéour-Ménez (premier arrêt vétérinaire), les deux tiers des chevaux tournent à plus de 15 km/h. Cinq pointent très légèrement en tête sur la ligne d'arrivée, pour la plupart des habitués des Nationales 1 : QUARIAN, MAHMOUD, GIPSY IV, CIDSCH et THANK YOU III. Ce n'est que l'étape d'échauffement, mais trois couples ne vont pas plus loin. D'autres perdent du temps au contrôle vétérinaire.

A Ménez-Meur (km 70), la course commence à prendre forme. La ligne des crêtes, la montée du Ménez Kador et un sol caillouteux, qui demande des pieds et des tendons irréprochables, ont raison de sept autres couples.

Les vétérinaires, garants de l'intégrité physique des chevaux, sont impitoyables. Ils éliminent parfois pour des boiteries si légères qu'elles n'apparaissent pas à l'œil du néophyte. C'est ainsi que l'un des favoris, QUARIAN, monté par Aline Imbert, récent vainqueur de Rambouillet (mais deux courses est-ce peut-être trop à un mois d'intervalle !), se voit éliminé. Même chose pour REINE DES VENTS, CIDSCH DU MÉDOC, QUINETTE IV, SALOMÉ, SANGRIA et SILLY.

THANK YOU III en tête

La tête de course a un peu changé. THANK YOU III et Alain Porras.qui réalisent la plus grosse moyenne, gardent le commandement, mais ils ne sont pas seuls puisque SANS SOUCI DE EAAL / M.F. Rongeot et le Breton Hugo Kerneur  / TADJANA franchissent la ligne d'arrivée de cette deuxième étape en même temps qu'eux.

Déjà la cassure est faite: il y a ceux qui tournent à 14,5 km/h de moyenne (et c'est probablement de ce groupe que sortira le vainqueur) et les autres.

A La Feuillée (km 110). l'arrivée se fait encore dans un mouchoir. Alain Porras devance Serge Morand d'une minute, H. Kerneur et J.-F. Legros de deux minutes. Ce groupe a vingt minutes d'avance sur les suivants immédiats.
Pour certains bons chevaux comme SMAIL, c'est déjà trop tard pour refaire leur handicap.

"J'avais misé sur un championnat de France qui se gagnerait à 15 km/h de moyenne. Je me suis trompé d'un demi-point, et je n'ai jamais pu rattraper la demi-heure de retard que j'avais prise-en début de course", dira son cavalier, Raymond Johnson.

Kerneur tient tête

110 km, c'est l'étape fatidique : .ceux qui satisfont aux exigences vétérinaires à ce moment de la course ont toutes les chances d'être à l'arrivée. Porras débouche seul du sentier forestier à ce dernier contrôle vétérinaire de La Mine. Il a tourné à plus de 19 km/h de moyenne. Mais THANK YOU III accuse l'effort qu'elle a dû fournir et met cinq minutes de plus à récupérer que WACÏL et GIPSY, arrivés une minute après.

Le Breton Hugo Kerneur est toujours là, à une encolure des premiers. Tiendra-t-il la route jusqu'au km 160 ? Les pronostics lui sont peu favorables. Le cavalier (trois ans d'endurance seulement) et la jument du Morbihannais (8 ans) sont encore "verts". Ils n'ont couru leur première Nationale 1 qu'en 1993, terminant sixièmes à Rambouillet le mois dernier. " Mais je sentais que la jument était bien. A La Mine, je savais que j'aurais du mal à rivaliser avec les trois autres, fins limiers et rompus aux Nationales 1. Aussi ai-je décidé d'assurer une quatrième place, même si je n'avais qu'une minute de retard sur WACIL et GIPSY au départ de la dernière étape".

Effectivement, sur les 21 derniers kilomètres, il se fait rapidement doubler par Porras qui réalise un 20 km/h de moyenne. Mais ce dernier ne réussit jamais à rattraper les premiers.

Pour l'Ardéchois J.-F. Legros et le Savoyard S. Morand, c'est la guerre d'usure. Chacun essaie de lâcher l'autre à l'occasion d'une montée ou d'une descente, les deux chevaux soutenant le même train sur le plat. Mais pendant 17 km, aucun des deux ne parvient à prendre un avantage suffisant pour s'assurer la victoire. Aussi, dans un respect des chevaux digne du meilleur esprit de l'endurance, arrêtent-ils les hostilités sur la fin de course, laissant le galop final des 300 derniers mètres (lancé d'un commun accord) décider du vainqueur. Jean-François Legros et WACIL franchissent la ligne d'arrivée trois foulées plus tôt que Serge Morand et GIPSY IV : ils décrochent le premier titre de champion de France sur un seul raid.

Le titre s'est gagné à 15,6 km/h de moyenne sur 160 km. C'est une performance digne du championnat d'Europe. Le sélectionneur national Pierre Cazes, qui coache actuellement en Bretagne l'équipe de France, prête à embarquer pour le championnat d'Europe, doit peut-être avoir quelques regrets.




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Annonces

 Animaux : ( )
 Emplois-stages : ( )
 Matériel : ( 1 )
 Véhicules : ( )
 Hébergements : ( )

Consulter  

Photo F Cosquer
Plouneventer 9 mars
Ephémérides
En ce jour...
2020
Noël au scanner, Pâques au cimetière .
(Pierre Desproges)
Nos partenaires

Le portail de la Région BRETAGNE

Temps : 0.1037 seconde(s)