Paris - La Baule 1928 : suite...

(673 mots dans ce texte )  -   lu : 2424 Fois     Page Spéciale pour impression

LES RAIDS HIPPIQUES

Le Sport Universel Illustré, octobre 1928, pp 664-665.

LE RAID PARIS-LA BAULE

La Confédération hippique française a organisé, comme l’an dernier, un raid militaire de Paris à La Baule.

Cette épreuve était ouverte aux officiers de l’armée active de toutes nationalités, montant des chevaux militaires ou civils, et aux officiers de complément, montant des chevaux civils.

Les chevaux devaient être âgés de sept ans au moins, et de quinze ans au plus, exception faite pour les chevaux de pur-sang, admis à partir de six ans.

La distance à parcourir était de 571 kilomètres environ, partagée en sept étapes :

1° Paris-Rambouillet : 56 kilomètres, à la vitesse de 8 kilomètres à l’heure.
2° Rambouillet-Châteaudun : 78 kilomètres. Vitesse 9 kilomètres.
3° Châteaudun-Blois : 79 kilomètres. Vitesse 9 kilomètres.
4° Blois-Chinon : 104 kilomètres. Vitesse 9 kilomètres.
5° Chinon-Angers : 85 kilomètres, Vitesse : 9 kilomètres ;
6° Angers-Nantes : 86 kilomètres. Vitesse : 10 kilomètres.
7° Nantes-La Baule : 74 kilomètres. Vitesse : 10 kilomètres.

Le classement a été établi par addition des temps des parcours à allure libre et diminution des pénalisations pour retard ou mauvais état des chevaux.

Entre Saumur et Angers, comme entre Escoublac et La Baule, un parcours de 10 kilomètres et de 9 kilomètres était franchi à allure libre.

Sur les 45 officiers, 22 seulement ont pris le départ, et 17 sont arrivés à La Baule.

Un concurrent avait été arrêté en raison d’un deuil de famille. Les autres ont abandonné pour des motifs divers.

Après l’examen des chevaux, le lendemain de l’arrivée, le classement a été arrêté comme suit :

1er Sous-lieutenant de Castries.
2e Lieutenant Parent.
3e Lieutenant Delpeyrou.
5e Capitaine Tré-Hardy.
6e Sous-lieutenant de Masin.
7e Lieutenat simon.
8e capitaine Roper.
9e Capitaine Barat.
10e Lieutenant Boré.
11e Lieutenant de saint-Quentin.
12e Sous-lieutenant Mellerio.
13e Capitaine Voyron.
14e Sous-lieutenant Le Gouais.
15e Lieutenant Bayonne.
16e Capitaine Branca.
17e Lieutenant Poulain.
Le prix a été remis aux concurrents par M. Henry Paté.

Ce raid a bien réussi, grâce à l’énergie des hommes et des chevaux, et aussi à l’observation d’une stricte discipline de route imposée par l’autorité militaire, malgré une arrivée dans un terrain par trop sablonneux et trop profond : le spectacle de l’arrivée en a souffert. Mais on peut regretter que l’article 13 du règlement de l’épreuve autorise les concurrents « à descendre de cheval, à marcher ou à courir en tenant eux-mêmes leurs chevaux par la bride ». Comme les concurrents ont largement usé de cette latitude, ce n’est plus un raid hippique, mais une épreuve d’endurance hippo-pédestre, qui, au point de vue « cheval », ne nous apprend rien.

N’oublions pas, en effet, que, dans tous les sports, on s’attaque aux records et que l‘on cherche toujours à faire mieux.

Pourquoi, seul, le sport hippique marque-t-il le pas ? L’Etat craint-il de perdre un ou deux chevaux, soit une dizaine de mille francs ? Ce n’est pas possible. Il interdirait alors aux aviateurs de voler, sous prétexte qu’un avion brisé est une perte de 200.000 francs et plus. On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. En équitation, c’est la même chose : on admet qu’un cheval se tue en concours hippique, en courses, à la chasse ; mais on redoute la casse en raids ! On mésestime vraiment nos officiers si on ne leur accorde pas la conscience d’arrêter un cheval fatigué. Donc, continuons ces épreuves indispensables pour entretenir l’émulation de nos officiers et leur donner ces leçons d’énergie et de persévérance dans la lutte qui trempent l’âme.

Mais ayons un peu plus d’imagination et de variété dans la conception et efforçons-nous, quand nous produisons un effort de ce genre, d’atteindre un but, de démontrer une possibilité, de découvrir une nouveauté. Notre cavalerie a besoin de stimulants : qu’on ne les lui ménage pas Pensons à la leçon d’Amsterdam !

Commandant G.-H MARCHAL

Photos :

L’arrivée à La Baule
Le sous-lieutenant de Castries, gagnant du RAID PARIS-LA BAULE

De gauche à droite : commandant Bourcier, général de Montmarin, marquis de Nieul.

Le lieutenant Delpeyrou au pesage.

L’arrivée du capitaine Branca, du 31e d’infanterie.

 

 

 




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Annonces

 Animaux : ( )
 Emplois-stages : ( )
 Matériel : ( )
 Véhicules : ( )
 Hébergements : ( )

Consulter  

Photo Manue GILET
Landivisiau 7 août
Ephémérides
En ce jour...
2020
La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts.
(Georges Clemenceau)
Nos partenaires

Le portail de la Région BRETAGNE

Temps : 0.1235 seconde(s)